FUNIBER présente l’ambassadeur du Cap-Vert au cours d’été de Tarazona

FUNIBER présente l’ambassadeur du Cap-Vert au cours d’été de Tarazona

Lundi 18 juillet dernier, Rafael Maldonado de Guevara, directeur de la Communication de FUNIBER, a présenté l’intervention de l’ambassadeur du Cap-Vert, Ney Cardoso, au cours d’été organisé par l’Université Rey Juan Carlos de Madrid dans la ville de Tarazona, à Saragosse (Espagne).

Lundi à mercredi de la semaine dernière, a eu lieu le XVIIIe cours d’été de la ville de Tarazona, que l’Université Rey Juan Carlos de Madrid organise chaque année dans la ville aragonaise, sous la direction d’Ignacio Ruiz Rodríguez, professeur d’Histoire du droit et des institutions.

Au cours de cette édition, il était question de l’analyse de l’articulation de l’ibérophonie, c’est-à-dire la rencontre des 850 millions de locuteurs hispanophones et lusophones sans restriction géographique. À cette occasion, se sont réunis des dizaines de professeurs, d’intellectuels, de représentants d’institutions et de participants de différents pays d’Europe, d’Afrique et d’Amérique, notamment des intervenants de l’Université de Bologne et de la Freie Universität de Berlin.

Parmi les interventions internationales, celle de Ney Cardoso, ambassadeur du Cap-Vert en Espagne depuis 2017, sur l’importance pour son pays des espaces d’intégration et de coopération, s’est distinguée. Lors de la conférence, le diplomate a donné un aperçu complet de la réalité cap-verdienne et du rôle de ce pays en ce qui concerne l’africanisme, les États d’expression officielle portugaise, la Macaronésie – Cap-Vert, Canaries, Madère et Açores – et la relation spéciale avec l’Union européenne. En outre, à titre personnel, il a présenté le potentiel de l’ibérophonie, espace dans laquelle le Cap-Vert occupe une position géographique centrale, à mi-chemin entre la péninsule ibérique, les républiques lusophones d’Afrique australe et le Brésil.

L’ambassadeur Cardoso a insisté sur le fait que l’Espagne et les autres pays européens doivent impliquer à tout moment les pays d’Afrique lors de l’établissement de leurs politiques de coopération et de collaboration avec le continent africain, afin de prendre en compte leurs contributions, leurs préoccupations et leurs intérêts.

L’intervention du diplomate a été présentée et modérée par Rafael Maldonado de Guevara y Delgado, directeur de la Communication de la Fondation Universitaire Ibéro-américaine (FUNIBER) et professeur à l’Université Européenne de l’Atlantique de Santander (UNEATLANTICO). Maldonado est le coordonnateur de la Chaire FUNIBER des études ibéro-américaines et de l’ibérophonie, à laquelle participent cinq universités d’Espagne, d’Amérique et d’Afrique : Université Européenne de l’Atlantique —UNEATLANTICO— (Santander)Université Internationale Ibéro-américaine (Mexique)Fondation Universitaire Internationale (Colombie)Université Internationale Ibéro-américaine (Porto Rico) et Universidade Internacional do Cuanza (Angola). La Chaire est dirigée par Frigdiano Álvaro Durántez Prados, également professeur à UNEATLANTICO et directeur des Relations Institutionnelles de FUNIBER.